0 commentaires / Publié le par Cécilia Foissard

 

« Voyage voyage, plus loin que la nuit et le jour (voyage, voyage)

Dans l’espace inouï de l’amour (voyage, voyage)

Sur l’eau sacrée d’un fleuve indien (voyage, voyage)

Et jamais ne revient ».

Desireless

 

Si la vie était une chimère, alors elle résumerait dans un voyage. Aller toujours plus loin, toujours plus haut, pour satisfaire une fureur de vivre que nul ne saurait tarir. Pour y parvenir, on part pour, idéalement ne plus revenir. On part en voyage pour vivre une aventure hors du commun.

Partir ? Moi jamais ! Quelques remarques parmi tant d’autres qui font réaliser que l’on peut vite changer d’avis ? Pourquoi ? Parce que la plupart de nos vies résumées à obéir à de banales pressions sociales ne suffisent plus à pleinement nous satisfaire. Alors on décide de faire le vide, de prendre le taureau par les cornes pour enfin dire « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, alors je pars ».

Partir où ? Vers l’inconnu, on ne sait pas où on met les pattes c’est certain. Mais pourtant, cette absence de certitude sur nos projets futurs nous fait relativiser. On fonce, toute notion du stress n’est alors plus palpable. On se laisse glisser dans l’air du temps. On découvre, on apprivoise, on vit. Le voyage est la plus belle école pour apprendre. Les cultures, toutes aussi riches les unes que les autres, nous enseignent. Les paysages, d’une beauté sans pareille, nous émerveillent.

Le temps passé à explorer, plutôt qu’à perdre son temps dans des carcans sociétaux qui ne nous plaisent guère, nous rend plus alerte. En soit, le voyage confère beaucoup d’avantages.

Voyager est la plus belle des libertés

Le cocon que l’on appelle si souvent « le monde » a qu’une seule envie : celui d’être exploré. Cette envie de partir à l’aventure anime beaucoup d’entre nous sans pour autant donner l’opportunité de partir. C’est pourquoi, tant que faire se peut, réalisons nos rêves d’évasion. Se laisser guider par nos envies plutôt que nos peurs et doutes est la plus belle des récompenses. La liberté. Liberté d’aller et venir, liberté de rencontrer, liberté de bouger, de prendre des décisions personnelles, liberté de vivre comme bon nous semble tout simplement.

Se priver des voyages que l’on a envie de faire est la plus terrible des frustrations. Souvent les raisons invoquées, aussi « légitimes » soient-elles, empêchent d’accomplir des rêves. Frustrés, on se contente de ronchonner en regardant Thalassa ou Echappées belles. Partir est un risque qui induit souvent une peur à dompter. Mais le jeu en vaut tellement la chandelle. Sur place, on se rend compte de la chance que l’on a. La beauté du monde mérite notre émerveillement commun. Surtout que nous ne sommes pas censés ignorer que cette beauté peut être mise à mal par les intenses activités anthropiques…

Voyage et voyage intérieur aussi.

Si voyager est un immense paquet cadeau de destinations, de plages, de montagnes, de grands espaces aussi beau les uns que les autres, c’est aussi et surtout un retour aux sources, avec son moi intérieur. Partir loin permet de se ressourcer, de prendre du temps pour soi, de relaxer et surtout de vivre au présent…

L’un ne va pas sans l’autre. Beaucoup fuient et partent en voyage pour se retrouver ou retrouver quelque chose qu’ils avaient perdu. Certains, apprennent même à se connaître et bien davantage que s’ils restent à la maison. Magique transformation que procure le voyage, ce dernier est une œuvre de la vie qu’il faut pouvoir se procurer aussi souvent que possible. Voyager n’est pas une chance. Il n’est qu’un rêve à accomplir.

0 commentaires

Laissez un commentaire

tout les commentaire sont modéré avant publications